Aller au contenu Aller au menu Aller à la recherche

Logo du site

Accueil > Actions/interpellations > Nos liens à l’international

Nos liens à l’international

Laylac

Le centre Laylac est situé dans le camp de réfugié-e-s palestinien-ne-s de Dheisheh près de Bethléem. L’association née en 2010 compte une trentaine de bénévoles qui travaille et œuvre socialement et politiquement dans le camp de Dheisheh tout en militant pour la justice, le respect des droits et la résistance contre l’occupation israélienne. Chaque année des centaines d’habitant-e-s du camp prennent part aux projets du centre.

Le but principal de Laylac est d’inciter et d’aider les jeunes du camp à s’engager pour la collectivité. La structure offre un espace ouvert à la population et donc particulièrement à la jeunesse pour s’exprimer, échanger et agir dans l’optique plus large de contribuer à l’évolution de la société palestinienne en accompagnant les personnes les plus parginalisées et le combat contre toutes les formes de discrimations. Le but étant aussi de conscientiser et amener les jeunes à lutter pour leurs droits.

Convaincue de l’importance de l’éducation populaire, Laylac œuvre au développement de la communauté par une participation active de ses membres. En prenant part aux différents ateliers (musique, vidéo, dessin…) les habitant-e-s du camp peuvent devenir rapidement à leur tour animateurs/animatrices et coordinateurs/coordinatrices de projets. En effet Laylac est composée de différents départements permettant aux personnes vivant dans le camp de s’y investir et d’être source de proposition pour la mise en place d’activités en fonction également de l’actualité et de la réalité du terrain.

 
 
 

Le travail quotidien de Laylac :

• Organisation de formations et autres modalités de renforcement des capacités, conformes
aux intentions et principes de l’éducation alternative ;
• Travail sur la conscience sociale et politique de la communauté et campagnes de
sensibilisation ;
• Développement professionnel des étudiant-e-s et diplômé-e-s, palestinien-ne-s et
internationaux, dans le secteur du travail social ;
• Partenariats stratégiques grâce auxquels Laylac peut assurer sa pérennité et minimiser sa
dépendance aux dons ponctuels

Le CRIDEV et Laylac ont travaillé ensemble lors d’un premier projet d’échanges de jeunes « CUIDART » qui a eu lieu en 2015 à Rennes et réunissant des délégations venues d’Italie, d’Espagne, du Maroc, de Tunisie, de France et de Palestine. L’ensemble du groupe a travaillé pendant deux semaines collectivement sur un projet autour de l’art comme outil de résistance populaire.

Lien vers le site internet de Laylac

 
 

 

Decolonizer 

Le laboratoire de recherche De-Colonizer est un centre alternatif israélien fondé par l’anthropologue politique et spécialiste de la société israélienne contemporaine Eléonore Bronstein, et Eitan Bronstein, sociologue israélien et fondateur de l’ONG Zochrot. Leur objectif est de fournir, depuis l’intérieur, les outils scientifiques nécessaires à la lutte contre le régime sioniste.

Convaincu que l’avenir de la société israélienne dépend de la compréhension de son passé, le centre de recherche considère qu’un travail de mémoire est indispensable. L’enjeu est à la fois de comprendre les conséquences de la « Nakba », la grande catastrophe de 1948, c’est-à-dire l’expulsion de 750 000 Palestiniens et Palestiniennes de leur terre, mais aussi et plus globalement de tenter de contrer la propagande israélienne qui tente de réécrire l’Histoire. De-Colonizer considère que 1948, ce point crucial de l’Histoire, n’est qu’une étape du projet colonialiste sioniste qui est en réalité beaucoup plus large. Aujourd’hui, Israël doit reconnaître sa responsabilité et être jugée pour ses crimes contre l’humanité et permettre le droit au retour de tous les réfugiés.

De-Colonizer tente de s’adresser à la société israélienne pour qu’elle apprenne à remettre en cause les privilèges coloniaux dont elle jouit et les crimes qu’elle commet chaque jour. De-colonizer, à l’image de l’un de ses fondateurs, Eitan Bronstein, tente d’exposer les processus nécessaires afin de décoloniser son identité israélienne, première étape que doit franchir tout Israélien ou Israélienne qui lutte contre l’État colonialiste et raciste d’Israël et qui travaille pour l’application de la justice en Palestine.

De-Colonizer soutient la campagne BDS et participe activement à la campagne de Boycott from within.

Le CRIDEV souhaite pouvoir relayer le travail et les outils mis en place par l’ONG.

Devenu un allié indispensable à la lutte contre le colonialisme israélien, le laboratoire de recherche présente actuellement sa carte intitulée Colonialisme en destru(a)ction. À l’issue d’un travail minutieux de plusieurs années, qui témoigne d’une réelle rigueur scientifique, cette carte a pour objectif de recenser l’ensemble des localités palestiniennes, syriennes et juives détruites depuis le début des migrations sionistes en Palestine. Elle tente de mettre l’accent sur la persistance du projet colonial sioniste à travers un découpage historique. Cette carte n’est pas figée, mais elle est bien en action puisqu’elle tente de mettre l’accent sur l’évolution d’une même politique qui menace, encore aujourd’hui, les localités palestiniennes. En effet, la carte fait mention des localités toujours menacées de destruction.

Cette carte permet par son pragmatisme de rendre visible et facilement lisible une multitude d’informations indispensables à la compréhension du projet sioniste. Bien qu’il existe plusieurs Atlas et sites faisant référence à ces thématiques, cette carte reste inédite autant sur la forme que sur le fond, puisqu’elle est à la fois une carte historique mais également une démonstration de l’évolution d’une politique colonialiste. Elle s’adresse à tous, et c’est pourquoi nous comptons sur l’ensemble des militants de l’anticolonialisme, de l’antiracisme politique mais aussi des chercheurs et des enseignants, du personnel éducatif au sens large, de la société civile et des personnes qui luttent pour la justice de se saisir de cet outil, pour le diffuser le plus largement possible, sensibiliser à la question coloniale en Palestine et au danger qu’elle recouvre encore aujourd’hui.

Le projet sioniste est constamment en action et nous devons y répondre par l’action également !

Un petit stock de carte est disponible au CRIDEV, n’hésitez pas à venir vous en procurer !

Télécharger une copie de la carte en ligne.
Lien Facebook